Le nouveau drame d'ITV Marcella voit les frissons et l'horreur de Scandi Noir arriver à Londres



Anna Friel incarne une ex-flic non-conformiste dont la vie personnelle est un tel désastre qu'elle retourne au travail qu'elle a quitté plusieurs années auparavant.

Publicité

Alors que le mariage de Marcella Backland se désagrège, son intérêt est piqué par une affaire qu'elle lit dans les journaux et qui ressemble beaucoup à un crime qu'elle n'a jamais réussi à élucider il y a dix ans : le retour d'un tueur qui asphyxie ses victimes dans le et une manière inhabituelle d'attacher un sac en plastique autour de leur cou.





Un flic en difficulté revient pour une dernière affaire. Jusqu'à présent, le nouveau drame policier d'ITV, Marcella, semble assez procédural.

  • Le thriller policier à la Scandi d'Anna Friel Marcella confirmé pour une deuxième série
  • Rencontrez le casting de Marcella
  • Restez à jour avec la newsletter RadioTimes.com

Mais ce qui a rendu l'épisode d'ouverture si différent de la série policière traditionnelle britannique, c'est la main cachée de l'écrivain Hans Rosenfeldt – le Suédois ressemblant à un ours qui nous a apporté trois séries du classique Scandi Noir The Bridge.

Oui, cela avait peut-être toutes les caractéristiques d'un drame policier typique d'ITV, mais Rosenfeldt lui a donné une touche indéniablement suédoise.

Ce qui a semblé être un départ pour ITV (même après le tournant), c'est la façon dont il n'a pas hésité à se frotter le nez à la réalité viscérale de la violence meurtrière. C'est le genre de chose qui sera familière aux fans de Scandi Noir mais qui n'apparaît généralement pas sur le réseau commercial.

L'épisode un s'est ouvert avec Marcella allongée ensanglantée dans le bain et incertaine de ce qu'elle avait fait. Elle souffre d'évanouissements mentaux et d'amnésie, semble-t-il, ce que l'on soupçonne de lui causer beaucoup plus de problèmes au fur et à mesure que la série se développe.



À la fin de l'épisode, nous n'étions pas plus sages, bien qu'une scène où elle suit Grace Gibson (Maeve Dermody), l'amant de son ex-mari Jason (Nicholas Pinnock) à sa porte d'entrée puisse avoir quelque chose à voir avec cela. A-t-elle battu, tué ou mutilé son rival ?

Bien sûr, nous ne savons pas encore. Mais ce dont on peut être sûr, c'est que Rosenfeldt est un écrivain qui fait vraiment souffrir ses femmes flics. Et, bien qu'il soit une âme douce en personne, il écrit un drame assez macabre (ou comme Pinnock me l'a dit quand je lui ai parlé : c'est un énorme ours en peluche avec un esprit vraiment malade).

Rosenfeld a souligné que Marcella et Saga sont deux créatures très différentes et il rechigne aux comparaisons avec The Bridge. Et c'est vrai que la palette visuelle des deux spectacles est très différente. Au lieu des monochromes sombres de spectacles comme The Bridge ou The Killing, c'était un Londres illuminé, vu à travers des yeux différents et inondé de couleurs et de visuels.

Mais tout comme la Saga Noren de Sofia Helin a vraiment été mise à rude épreuve sur The Bridge – pas plus que dans la dernière série – ici Marcella est aussi une femme très au plus bas.

En plus de cela, Marcella est, comme Saga, quelque peu à court de compétences sociales (bien qu'elle soit peut-être un peu plus habile que son homologue suédoise). Déterminée, en colère, elle finit ses collègues (son patron DI Rav Sangha surtout) d'une manière très similaire. Et comme Saga, vous avez toute confiance qu'elle attrapera son homme (ou sa femme) dans l'épisode huit.

Oui, c'est vrai, épisode huit. Rosenfeldt aime ses drames longs, complexes et torturés et vous avez le sentiment que le Suédois tiendra sa promesse de fourrer plus de crochets, de rebondissements et de harengs rouges (ses mots) avant que notre temps ne soit écoulé.

le grand tour saison 3 fr

Personnellement, je soupçonne une plus grande concentration sur la probité morale et que les relations d'affaires de l'impitoyable Sylvie Gibson (Sinead Cusack) auront quelque chose à voir avec toute l'horreur dont nous avons été témoins jusqu'à présent. C'est une caractéristique de beaucoup de Scandi Noir que l'argent est la racine de beaucoup de mal.

Quant à la violence, eh bien, si vous pensez que les meurtres et le sang versé de ce soir sont difficiles à supporter, beaucoup plus est promis. Apparemment, il y a une scène dans les futurs épisodes mettant en vedette un épagneul crucifié.

Oui, un épagneul crucifié. Ce n'est pas le genre de chose que vous obtenez avec Grantchester maintenant, n'est-ce pas ?

Publicité

Cet article a été initialement publié le 4 avril 2016