Les Grottes d'Androzani ★★★★★



Saison 21 – Histoire 135

Publicité

La curiosité a toujours été ma chute – le docteur





Scénario
L'avenir s'annonce sombre pour le Docteur et Peri. Dans les grottes d'Androzani Minor, ils contractent une toxémie spectrox potentiellement mortelle et affrontent un peloton d'exécution, accusé de trafic d'armes. Le général Chellak est à la recherche de Sharaz Jek, un génie de la fabrication d'androïdes, qui a la mainmise sur l'approvisionnement en spectrox. Une fois affiné, il possède des qualités de longévité, très prisées sur Androzani Major. Jek a été horriblement défiguré dans un accident qu'il attribue à Morgus, le directeur en chef impitoyable du conglomérat Sirius, qui manipule les événements de Major. Jek sauve le Docteur et Peri et s'éprend du jeune Américain.
Au cours d'une explosion de boue, Chellak, Morgus et Jek se battent à mort, tandis que le Docteur se bat pour sauver la vie de Peri. De retour dans le Tardis, il n'a que suffisamment d'antitoxine spectrox pour Peri. Il s'effondre et, assailli par des images d'amis disparus, se régénère une fois de plus…

connecter airpods tv

Premières transmissions
Partie 1 – Jeudi 8 mars 1984
Partie 2 – Vendredi 9 mars 1984
Partie 3 – Jeudi 15 mars 1984
Partie 4 – Vendredi 16 mars 1984

Production
Lieu de tournage : novembre 1983 à Masters Pit, Stokeford Heath, Wareham, Dorset
Enregistrement en studio : décembre 1983/janvier 1984 au TC6

Jeter
Le docteur – Peter Davison
Peri – Nicola Bryant
Sharaz Jek - Christopher Gable
Morgus - John Normington
Major Salateen – Robert Glenister
Stotz - Maurice Roëves
Général Chellak - Martin Cochrane
Krelper – Roy Titulaire
Timmin – Barbara Kinghorn
Président – ​​David Neal
Soldat – Ian Staples
Le Maître – Anthony Ainley
Adric – Matthew Waterhouse
Nyssa - Sarah Sutton
Tegan – Janet Fielding
Turlough – Mark Strickson
Voix de Kamelion – Gerald Flood
Le docteur – Colin Baker

film de monstre netflix

Équipage
Scénariste – Robert Holmes
Musique de scène – Roger Limb
Concepteur – John Hurst
Éditeur de scénario – Eric Saward
Producteur – John Nathan Turner
Réalisateur – Graeme Harper



Revue RT par Patrick Mulkern
J'ai approché les Grottes d'Androzani avec prudence, conscient qu'elles sont en tête des sondages des fans. Dans le sondage Mighty 200 de Doctor Who Magazine en 2009, il a battu toutes les autres histoires transmises – y compris toutes les productions de Russell T Davies – à la première place. Pourtant je ne l'avais jamais aimé. Quoi a été je manque?

Je peux épeler ce que je n'ai pas aimé. Pour moi, ça s'est joué comme un épisode 7 de Blake avec un budget plus important. J'étais ennuyé par le machisme, les mercenaires, les manœuvres politiques, les tropes de Robert Holmes : sa énième interprétation du Fantôme de l'Opéra (Sharaz Jek avec son masque absurde) ; sinon la misogynie, alors l'aversion de Holmes pour les personnages féminins. Maintenant, j'aime plutôt le fait que si tous les personnages masculins périssent (y compris le cinquième Docteur), ce sont les deux seules femmes du drame, Peri et Timmin, qui survivent.

De plus, en 1984, je n'étais pas impliqué dans le sort du nouveau compagnon Peri; il y aurait eu beaucoup plus de poids émotionnel si le docteur avait sacrifié sa vie pour sauver Tegan (si Janet Fielding avait été maintenue). Mais maintenant, j'achète sa culpabilité pour avoir placé son nouveau copain gauche dans des situations de mort imminente, et Peri fait une cible beaucoup plus probable pour l'obsession de Sharaz Jek que Bolshy Tegan ne le pourrait jamais.

dernière chance pour le basket

Je dois admettre que j'avais aussi été gâté et spoilé. J'étais sur le plateau. J'avais fait le tour du bureau de contreplaqué beige de Morgus dans TC6, j'avais repéré des tuyaux d'évacuation en plastique autour de ses portes, le torchis de mauvaise qualité qui représentait une ville au-delà de ses fenêtres. Dans la galerie d'observation, nous avons vu John Normington juste en dessous alors qu'il parcourait plusieurs prises de scènes avec le secrétaire Timmin; nous avons ricané en voyant à quel point son meurtre en plongée du président avait l'air idiot d'en haut.

J'imagine que certains fans regardent ce quatuor tous les mois, mais j'y reviens après un très long intervalle… et – rare pour moi – j'ai complètement revu mon avis. Je dois admettre que les grottes d'Androzani sont brillantes dans presque tous les départements.

Les scripts de Holmes sont exceptionnels – percutants, détaillés mais succincts, inondés de délicieux dialogues… Morgus (sur le Docteur et Peri) : Il suffit de les regarder pour se rendre compte de l'étendue de leur dépravation. Jek (au Docteur) : Vous avez la bouche d'un idiot bavard mais vos yeux… ils racontent une autre histoire. Jek (à Peri) : Maintenant je peux me régaler de ta délicatesse. Je peux oublier la douleur et la noirceur dans mon esprit. Jek (sur Morgus) : Je veux que la tête de ce dégénéré perfide et traître me soit apportée ici, figée dans son propre sang maléfique.

Les performances ont de l'énergie et subtilité. Christopher Gable, malgré son masque de cuir idiot, est un méchant souple, passionné et étrangement sympathique, en contraste fabuleux avec le monstre de contrôle refoulé de Normington, Morgus. C'est la partition la plus efficace du compositeur Roger Limb. La créature du magma est un même vieux, même vieux monstre louche Doctor Who, une fois vu, rapidement oublié.

Mis à part les aperçus du sol plat du studio, le système de grottes semble de manière convaincante caverneux et sans fin. Je suis ravi d'avoir pu traverser en 1984 ces étroits où se sont déroulées les embuscades et les fusillades entre androïdes, militaires et mercenaires. J'ai vu la scène de mort superficielle mais tellement efficace de Salateen en temps réel, plusieurs fois. Et je me suis demandé : qui est ce barbu excitable qui se précipite en bas ?

blague avec toc toc toc

Le réalisateur Graeme Harper aimait bien quitter la boîte de production et travailler dans le studio. Après des années à suivre des experts comme Douglas Camfield, c'était un concert important pour lui et il s'y est lancé. Je voulais que ce soit à couper le souffle, énergique, rythmé et vivant, s'enthousiasme-t-il sur le DVD de la BBC. Eh bien, il y est certainement parvenu. C'est le Who le plus exaltant depuis Earthshock, le surpassant même.

Chaque plan est composé avec soin : en plongée, au ras du sol, de longs plans et bien plus de gros plans que d'habitude. Harper utilise des fondus enchaînés lents entre les scènes. Une caméra à main suit l'action, scrutant par-dessus les épaules, même entre les jambes de quelqu'un, attirant le spectateur, nous faisant sentir que nous sommes au cœur des personnages.

Le troisième cliffhanger a un élan extraordinaire, une performance féroce de Davison, mais il commence par un détail subliminal intelligent, alors que le docteur malade secoue un étrange motif se formant devant ses yeux – un pressentiment de sa régénération.

John Nathan-Turner a judicieusement organisé la fermeture de la galerie d'observation pendant l'enregistrement de la régénération, mais plus tôt, le 15 décembre, j'ai espionné en bas dans TC6 tous les anciens compagnons de Davison (Adric, Nyssa, Tegan et Turlough) badin. (Dommage que personne n'ait pensé à photographier l'ensemble du casting de Davison ensemble la nuit.)

Des rires étouffants, chacun atteignit sa cible et fit une phrase d'adieu au Docteur mourant. Puis soudain Anthony Ainley est apparu, les yeux brillants, prêt pour son gros plan et… Clunk ! Éclat! Les lumières du studio se sont allumées. Il était 10 heures et tout le monde posait ses outils. Le Maître devrait enregistrer son Die, Docteur ! ligne le lendemain.

Alors adieu, Peter Davison. Bien qu'un acteur gagnant, il n'a jamais vraiment poussé mes boutons en tant que Docteur. Avec un scénario décent, il pouvait briller mais, de l'aveu même de Davison, il n'était ni impressionné ni inspiré par une grande partie de son matériel. À l'époque, il semblait incroyable, après à peine trois ans et seulement 71 épisodes, que ce plus jeune docteur puisse aussi avoir la durée de vie la plus courte.

Publicité

Pas le temps de pleurer. Le docteur entrant s'assied droit à la fin et pour une fois peut parler. Rire. Sévère. Dans ta face. C'est cette force de la nature, Colin Baker.


[Disponible sur DVD de la BBC]